purgatoire-ames

Entités et sortie de corps

Ce matin, je suis réveillée à 4h30. J’hésite à me lancer dans une pratique, même si j’en ai le temps. J’ai déjà fait une grosse session quelques jours auparavant, alors je ne sais pas trop. Mais je me lance tout de même.

La détente arrive assez facilement, je perds rapidement la sensation de mon corps physique, mais je dois régulièrement bouger, me faisant attaquer par un moustique… Je finis par l’avoir, après une bonne heure de tentatives ratées, alors qu’il se pose sur moi. J’ai un peu de remords, mais j’ai encore du mal à accepter de me faire déranger de la sorte sans broncher. Le problème étant enfin réglé, je m’enfonce doucement dans un état méditatif profond. Je finis par transitionner dans un rêve sans m’en rendre compte, dans lequel je papouille un adorable chaton blanc au nez tout rose.

Une aspiration commence à se produire. J’étais bien avec mon chaton, et résiste. Je reviens auprès de mon chaton, mais l’aspiration reprend de plus belle quelques instants plus tard. Je finis par y concéder et me laisse emporter.

Un nouveau vol au milieu du Néant, le noir absolu. Je patiente quelques longues secondes, puis des images commencent à se manifester. Je comprends que je suis en train d’arriver dans un de ces univers conceptuels chaotiques que je n’aime pas beaucoup. Des images qui flottent en désordre dans tous les sens, une impression de désordre mental très désagréable règne en ces lieux. J’y étais déjà allée une fois il y a quelques mois. Pas vraiment le genre d’endroits où l’on aime s’attarder. Je pense qu’il s’agit d’un lieu de transition pour certaines âmes, qui y évacuent leur colère, leur souffrance, avant de pouvoir poursuivre leur chemin. Un lieu d’une très grande importance probablement. Mais au fond, je n’en ai pas la moindre idée.

Le dernier jugement, Hans Memling 1466-1473
Le dernier jugement, Hans Memling 1466-1473

Me voilà donc au milieu de ce désordre, quand je ressens une pression au niveau de mon bras. Enfin, de bras, je n’en ai point. Je ne vois jamais mon corps quand je sors, je suis juste une boule de conscience. Je peux le matérialiser si je le souhaite, mais généralement, je n’y pense même pas. Je n’ai pas cet attachement à avoir une apparence extérieure. Mais au moment où je ressens cette pression, c’est à mon bras que je pense. Mon réflexe est alors de me retourner pour regarder ce qu’il y a sur mon dos (chose que je fais pour la toute première fois). Et là, j’aperçois une femme au visage déformé par la colère, visiblement très mécontente que je me sois aperçue de sa présence. Instinctivement, je l’attrape et l’envoie très fort contre le sol pour m’en libérer. Puis je m’éloigne, et suis ramenée peu après dans mon corps physique. Il est 6h30.

Je me rends compte que c’est extrêmement difficile de donner une interprétation à cette expérience. Etait-ce la manifestation de ma culpabilité d’avoir écrasé ce moustique juste avant? (oui enfin bon, je culpabilisais pas tant que ça non plus!) Etait-ce effectivement une entité qui venait de s’agripper à moi et qui était issue de ce monde? Etait-ce une entité que j’avais déjà sur moi, et serait-ce la raison pour laquelle j’ai été amenée là-bas, pour l’y amener? N’était-ce rien de tout cela, peut-être une expression de mes peurs?

Je dois me faire à l’idée que je n’aurais peut-être jamais de réponse claire à ces questions.

Cette expérience me rappelle au choix que j’avais clairement posé il y a quelques mois, à moi-même et aux énergies qui m’accompagnent. J’avais pris la décision d’accepter cette responsabilité d' »exploratrice » des mondes, c’est à dire que j’acceptais le fait d’aller là où l’on m’amènerait, et pas seulement dans les univers agréables. Il me semble important, à partir du moment où notre ancrage en ce monde est bon, et que notre souhait est d’en apprendre davantage sur la nature de notre réalité, de ne pas refuser d’aller dans les endroits plus « dérangeants ». Cela me semble indispensable pour espérer se rapprocher un peu d’une compréhension globale de la nature de notre réalité.

Cela est aussi très instructif pour soi-même. On en arrive à toucher à nos peurs les plus profondes. Je pense qu’il y a bien plus fort que la peur de la mort, comme celle de rester coincée dans un tel endroit pour une durée indéterminée…  Certaines religions appelleraient cela le purgatoire probablement. Cela m’inspire de rester sur des motivations personnelles extrêmement pures et désintéressées, d’oeuvrer pour maintenir des pensées positives, une bonne stabilité émotionnelle, et de rester dans la bienveillance envers autrui, afin de n’avoir aucune raison d’être emprisonnée un jour dans un tel endroit, ce que je ne souhaite à personne.
Je suis persuadée qu’il existe des univers encore bien plus effrayants que celui que j’ai pu voir. Les choses se font progressivement, en accord avec mon évolution personnelle, et en respect avec ce que je suis capable de vivre sans perdre pied dans ma vie quotidienne. Je le perçois très nettement, et l’apprécie grandement.

L'importance de pratiques corporelles telles que le yoga pour maintenir un bon ancrage dans ce monde
L’importance de pratiques corporelles telles que le yoga pour maintenir un bon ancrage dans ce monde

Je vis tout ceci avec beaucoup de sérieux, et d’humilité. Face à de telles expériences, il ne saurait en être autrement. Je comprends d’autant plus l’importance de l’ancrage, et de tout le travail que je fais en journée, avec le yoga, mon travail, mes enfants, qui m’ancrent pleinement dans cette vie. L’importance aussi de rester éloignée des passions et des désirs, qui vous font vaciller en permanence. La stabilité émotionnelle est la plus importante des conditions.

Je vais essayer d’appliquer ce que j’ai appris à chacune de mes sorties désormais: regarder tout autour de moi pour y déceler d’éventuelles entités et m’en libérer.

L'exorcisme d'Emilie Rose
L’exorcisme d’Emilie Rose

Je sais que le fait d’avoir des entités sur soi n’a rien d’exceptionnel. Pour beaucoup, c’est quelque chose qui apparaît comme étant terrifiant. Les différents films d’horreur traitant de « possessions » y sont bien entendu pour beaucoup. Pourtant, par des échanges avec des clair-voyants, exorcistes, maitres reiki ou chamans, j’ai appris que c’était un phénomène très courant. Ce n’est pas parce que l’on fait des sorties de corps que l’on est plus à risque que les autres. Tout le monde est concerné, et pour la plupart des gens, la présence d’entités passe inaperçu sur de très longues périodes. Il peut y avoir influence sur les goûts, les émotions, les désirs, etc… une prise d’énergie plus ou moins importante, des douleurs physiques, dépression, etc…. D’ailleurs, c’est visiblement tellement courant qu’il serait judicieux de procéder régulièrement à un bon nettoyage, surtout si l’on est malade ou que l’on a l’esprit confus.
Pour en revenir aux sorties de corps, je dirais qu’au contraire, ces sorties peuvent être l’occasion de constater d’éventuelles « interférences » et de s’en libérer, puisqu’on devient capable de les saisir directement et de les expulser (chose plus difficile avec un corps physique bien entendu).

Ma journée s’est finalement bien passée. Le sentiment désagréable que j’ai pu avoir à mon retour s’est estompé. Mon énergie est bonne, et mon esprit clair, comme à l’habitude. Ce sont des signaux importants pour moi à surveiller. Je verrais si dans les prochains jours mes sorties me ramènent là-bas ou non.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>