fin-petrole

Fin du pétrole

Il est encore un sujet très peu abordé dans l’actualité « grand public », voire pas du tout. Celui de l’épuisement programmé des ressources naturelles. Pourtant, à bien y réfléchir, n’est-ce pas l’une des données les plus importantes à prendre en considération lorsque l’on essaie d’avoir une vision à long terme de notre société?

Personne ne semble prendre cela vraiment au sérieux

Certains commencent fébrilement à parler autour d’eux de la fin de l’ère du pétrole, et font encore l’objet de railleries. La fin du pétrole… Rares sont ceux qui osent seulement l’imaginer. Même dans les sphères les plus « concernées », on n’en parle pas.

Que ce soit les politiques, les économistes, ou des chefs d’entreprise qui basent leur stratégie sur les 30 prochaines années sans en tenir compte. Combien de projets d’avions, de moteurs d’avion sont encore lancés un peu partout sans jamais se poser la question du pétrole?

A la sortie d’une conférence sur le sujet, l’intervenant m’avouait sans concession que tout le monde s’en foutait. Dans le milieu aéronautique comme ailleurs. « Ils attendent d’avoir le nez contre le mur pour changer leur vision des choses ».

C’est un peu ça malheureusement….

Tant qu’on n’y est pas, on n’y croit pas, et on s’en moque.

plus-de-carburant

La question n’est pas tant de savoir si cela arrivera un jour… Il faudrait vraiment être stupide pour oser dire que l’on trouvera toujours suffisamment de pétrole sous Terre pour subvenir aux besoins croissants de l’humanité dans ce domaine. Non, la question est plutôt de savoir QUAND cela arrivera. On entend beaucoup d’estimations à ce propos, et le seul véritable point d’accord qui semble ressortir, c’est: très bientôt. Autour de 2030 pour les pessimistes, plutôt 2050 pour les optimistes. Soit moins de 40 ans. Une demi-génération.

C’est court, très très court.

Alors, qu’est-ce qui dépend du pétrole dans notre vie quotidienne, et quelles sont les alternatives?

L’essence pour les voitures, bien entendu. Donc tous les transports qui fonctionnent à l’essence pourront rester au garage, ce qui représente un bon nombre de véhicules tout de même…

Puisqu’on parle transport, parlons aussi autonomie alimentaire… et agroécologie!

L’agriculture conventionnelle, encore si largement dominante dans notre pays, dépend très fortement du pétrole.

Que ce soit pour l’énergie, les engrais ou les produits phytosanitaires, l’agriculteur conventionnel ne peut tout simplement pas se passer de pétrole.

charges-exploitation-agricole-petrole

Et il faut bien comprendre qu’une transition vers l’agroécologie, beaucoup moins dépendante du pétrole, ne peut pas se faire du jour au lendemain! Tout simplement car des terres labourées, inondées de produits chimiques depuis des dizaines d’années, sont MORTES! Rien ne peut plus y pousser sans qu’on y ajoute des intrants chimiques. Pour ramener ces terres à la vie, cela demande du temps, de la patience et du savoir faire. Cela demande aussi de revoir l’organisation des exploitations agricoles. Il faudra oublier les grandes exploitations pour favoriser de petites exploitation familiales.

Donc qui dit fin du pétrole, dit chute de la production alimentaire. Et quand on sait que déjà, à l’heure actuelle, nous ne sommes pas autonome d’un point de vue alimentaire mais dépendons fortement des importations….. Oui mais sans pétrole, chute également de la production dans les autres pays, et difficulté croissante d’approvisionnement.

Pour résumer, il y a de fortes chances de voir les rayons de nos supermarchés se vider rapidement.

rayon-vide

Là vous vous dîtes: pas d’inquiétude, il existe des alternatives au pétrole.

Euh oui….  Il en existe, mais y travaille-t-on vraiment dessus, à la mesure de l’urgence qui s’impose?

Et pour choisir ces alternatives, la moindre des choses serait de ne pas refaire les mêmes erreurs, c’est à dire, de toute évidence, de ne pas se baser sur des matières premières limitées…. et il se trouve que l’estimation de l’épuisement des ressources naturelles pour à peu près toutes les matières premières de base est de l’ordre de quelques dizaines d’années.

Les centrales nucléaires ne nous sauverons pas non plus. Fin estimée de l’uranium: 2040….

epuisement-matieres-premieres

 

Alors qu’est-ce qu’il nous reste à faire pour préparer cette transition?

Je dirais, tout d’abord, arrêter de croire que cela n’est pas de notre responsabilité à chacun. Car non, les hommes politiques, les grands chefs d’entreprise, les journalistes, …. ne prennent pas cela au sérieux. Nous ne pouvons pas espérer que le changement viendra de leur initiative. C’est à chacun d’entre nous de nous y préparer.

  • Réduire notre consommation énergétique. Autant par les transports que par le chauffage. Il est plus que temps de penser à faire isoler votre maison!
  • Développer notre autonomie alimentaire. Vous avez un bout de jardin? Tant mieux. Il est temps d’apprendre à y faire pousser des légumes par des méthodes d’agroécologie, apprendre la conservation des aliments, la reproduction des semences, etc… Vous pouvez pour cela rejoindre des mouvements associatifs tels que les Femmes Semencières ou les Incroyables Comestibles.
  • Mettre en place des sources d’énergie propres autonomes. Eolien, solaire, biogaz …
  • A l’image de plus en plus de personnes, changer complètement de mode de vie, sortir dès maintenant de ce système à l’agonie et participer activement à la construction du monde de demain…

Heureusement, il nous reste les chevaux :)

un moyen de déplacement écologique...
un moyen de déplacement écologique…

 

http://www.avenir-sans-petrole.org/article-prix-du-petrole-et-prix-de-l-alimentation-pourquoi-sont-ils-lies-55549097.html

http://www.consoglobe.com/epuisement-des-ressources-naturelles-et-demographie-cg

http://www.terresacree.org/ressources.htm

http://www.notre-planete.info/ecologie/dechets/biogaz.php

la-fin-du-petrole

petrole2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>