karma

Karma et Samskaras

Le mot Karma signifie littéralement action. On pense souvent que le Karma est une force extérieure que nous subissons, nous apportant de bonnes ou mauvaises choses. Mais pourtant, ce sont nos propres processus et conditionnements internes qui nous poussent à expérimenter des choses dans le monde extérieur, en rapport avec nos propres actions. Nous sommes responsables de notre Karma.

Samskaras, les impressions profondes à l'origine du Karma
Samskaras, les impressions profondes à l’origine du Karma

Aperçu du processus karmique

L’image ci-dessous est une représentation du processus karmique.
Cet article va s’attacher à en décrire les différentes étapes.

Processus karmique
Processus karmique

La loi du Karma

La loi du Karma est un processus universel, par lequel les causes entraînent des effets. C’est une chose avec laquelle nous sommes tous familiers, que nous utilisions ou pas le nom de Karma pour le décrire. La troisième loi du mouvement de Newton, qui décrit que chaque action entraîne une réaction, est une application de la loi du Karma. Que ce soit pour parler de physique ou de la vie quotidienne, il est très utile de comprendre la loi et le processus du Karma, de manière à ce que nous puissions réguler ou orienter ce processus à notre avantage. Nous pouvons ainsi adoucir l’impact de notre Karma passé, et pouvons choisir notre Karma à venir, si nous avons la volonté de fournir les efforts nécessaires pour apprendre à le faire.

Derrière le Karma, la sagesse

L’apprentissage du processus karmique, à travers les descriptions et les explorations intérieures, pourra paraître parfois un peu fastidieux. Il est important alors de se rappeler que nous faisons cela pour expérimenter la Béatitude, la Joie, ou la Vérité Absolue, qui sont au-delà du Karma. En se rappelant que la destination est la Joie, la Béatitude ou l’Absolu, nous (et l’esprit) avons une cible et un contexte pour tous les efforts à fournir dans le sadhana (pratiques spirituelles). Par dessus tout, il faut rechercher cette Joie (ou Béatitude).

Deux termes essentiels: Karma et Samskaras

processus-karma-action-samskaraPour comprendre le sens du Karma, et pour parvenir à réduire son emprise grâce à la pratique du Yoga, il est important de connaître une autre notion: Samskara. Karma signifie littéralement actions. Ces actions proviennent quant à elles des impressions profondes que l’on appelle Samskaras.

Karma et Samskaras  agissent de concert.
Nos actions et nos paroles ont des conséquences sur le monde. Celles-ci, en retour, créent d’autres impressions profondes (Samskaras) dans les tréfonds de l’esprit. Plus tard, ces impressions latentes s’activent, créant de nouvelles expériences.

Nous devons donc traiter les deux simultanément. Si nous voulons la vision et la liberté les plus élevées qui soient, nous devons traiter à la fois avec nos actions et avec nos habitudes ou impressions profondes.

Le principe le plus important à comprendre au sujet du Karma est donc celui des Samskaras, ou impressions profondes. Ce sont ces impressions profondes, ou graines de nos schémas d’habitude, qui sont la source de TOUT notre Karma, que nous pensions que notre Karma soit bon ou mauvais.
Il existe deux types de processus à appliquer face à ces Samskaras:

  • processus externe: ce type de processus permet aux Samskaras de s’exprimer avec sagesse dans le monde extérieur, dans notre vie, de manière à nous en libérer, en les recyclant dans de plus en plus de cycles d’actions habituelles.
  • processus interne: laisser aller les autres Samskaras, intérieurement, en atténuant leur pouvoir d’attraction, d’aversion, ou de peur, au travers du processus de méditation, de contemplation ou de prières.

L’acte de purification ou d’atténuation des Samskaras qui se fait par l’action est le Yoga connu sous le nom de Karma Yoga. Celui-ci implique d’être pleinement conscient de ses actions et de ses paroles, et d’en percevoir les origines dans les émotions et les processus subtiles de l’esprit. Le Karma Yoga implique également de mener des actions dans des voies qui sont bénéfiques aux autres, nous libérant ainsi des cycles égotiques.

Karmashaya: le dépôt du Karma
Karmashaya: le dépôt du Karma

Pour expérimenter le Soi Eternel au delà de toutes formes, on doit comprendre, par l’expérience, le processus cyclique du Karma. Ce processus, entre actions et impressions profondes, est également influencé par les pensées, les émotions, les instincts primitifs et l’ignorance appelée Avidya. Et derrière chacun de ces rouages, se trouve la conscience pure, qui est le coeur de notre être.

Par l’observation attentive de ce processus en soi, les effets des Samskaras peuvent être réduits, et ainsi, le Karma, régulé. Ce processus d’atténuation des Samskaras et du Karma permet à l’attention de se focaliser de plus en plus sur le point de vue du Témoin.

Le cycle des actions (Karma)

  • naissance d’un processus de pensée souvent inconscient
  • … qui est inspiré par des passions internes du « Je suis »
  • … et des désirs spécifiques du « Je veux »
  • … qui est filtré par les différentes couches des impressions profondes, les Samskaras
  • … qui sont elles-mêmes influencées par les pulsions primaires
  • … qui sont arrivées initialement lors de l’individuation de la vague d’avec l’océan

Les trois libertés

On peut distinguer 3 formes de liberté qui interviennent dans ce processus de libération du Karma.

Les 3 libertés
Les 3 libertés

 

  1. Liberté vis à vis des actions: nous ne sommes pas contraints d’agir en suivant nos habitudes, nous sommes libres d’agir différemment.
  2. Liberté vis à vis de nos pensées: nous avons la capacité de réguler nos pensées et nos émotions de manière à ce qu’elles soient positives, nous pouvons sortir du conditionnement de notre esprit.
  3. Liberté vis à vis de l’ignorance: nous pouvons nous libérer de l’oubli primordial de notre véritable nature, et pouvons prendre conscience de la nature temporaire des choses douloureuses.

L’expérience directe du Centre de la Conscience, le Soi, mène vers ces trois libertés.

Observation et régulation des actions et des paroles

L’une des premières choses à faire en Sadhana (pratique spirituelle) est de réguler ses actions et ses paroles, de manière à promouvoir le positif et l’utile, tout en mettant de côté le négatif et l’inutile. Ceci est la toute première étape pour briser le cycle incessant des actions/réactions, ou Karma. Dans le Yoga, cela implique la pratique des Yamas: ne pas nuire, dire la vérité, ne pas voler, se rappeler la vérité supérieure et ne pas être possessif. Au début, ces pratiques se font sur le niveau le plus à la surface, comme on pourrait le faire lors d’une thérapie en psychologie comportementale, mais petit à petit, on peut toucher à des niveaux de plus en plus subtils grâce à la méditation. Enfin, les racines de ces actions et paroles négatives ou inutiles peuvent être nettoyées au niveau des Samskaras, grâce à une méditation plus avancée.

Devenez le témoin de vos émotions et de vos pensées

Observez vos réactions émotionnelles tout au long de la journée, et vous noterez facilement que la plupart, sinon la totalité, sont de deux types distincts.
Soit les émotions sont liées au fait d’obtenir ce que vous convoitez (ou au fait d’éviter avec succès ce que vous ne souhaitez pas), soit au fait de ne pas obtenir ce que vous souhaitez (ou d’échouer dans le fait d’éviter ce que vous ne souhaitez pas).
Ces réactions émotionnelles se manifestent ainsi sous la forme du bonheur ou de la fierté quand nous sommes sur notre « voie », soit sous la forme de la frustration ou de la jalousie quand nous n’y sommes pas.
Ces réactions peuvent être intenses ou modérées.
L’une des techniques les plus simples et efficaces pour observer ces réactions émotionnelles est de nous demander: « Lequel de mes désirs s’accomplit-il ici? », ou bien « Quel désir est-il insatisfait en cet instant? ».
Dans les deux cas, il est très utile d’observer ces réactions émotionnelles car elles nous donnent des indices précieux sur les impressions profondes sous-jacentes qui en sont à l’origine (les Samskaras), et peuvent nous aider à voir de quelle manière les 4 Besoins Primitifs leur ont préparé le terrain.
Ensuite, ces réactions émotionnelles pourront être systématiquement atténuées, révélant la joie et la Vérité sous-jacentes.

Rappelez-vous et observez les formes de base de l’ignorance, Avidya

Il est très utile d’observer de temps en temps les différentes façons dont nous en venons à oublier les réalités subtiles dans nos vies quotidiennes chargées. Avidya signifie ignorance, le fait de ne pas voir clairement ce qui est. Littéralement, Avidya signifie « sans connaissance », « a » signifiant « sans » et « Vidya« , « connaissance ».
Nous pouvons par exemple observer une certaine frustration quand quelque chose qui nous appartient est perdu ou nous est volé. La frustration trouve son origine dans le fait d’oublier le caractère temporaire des choses. Quand quelqu’un dit quelque chose de négatif à propos de nous, nous pouvons nous sentir mal, ou être sur la défensive en raison de l’oubli de la racine de qui je suis, en croyant que je suis ma personnalité.
Se souvenir de la réalité profonde des choses peut nous aider à nous libérer, mais nous devrons également pratiquer cela durant les méditations plus subtiles.

yamas

 

 

A propos des descriptions qui vont suivre…

Les descriptions ci-dessous expliquent le processus du Karma en partant des niveaux les plus subtiles, puis en progressant vers l' »extérieur ». Couche après couche, le processus progresse jusqu’à s’exprimer au travers des actions (Karmas) dans le monde extérieur. La partie qui sera en cours de description sera surlignée dans le diagramme correspondant.

Le centre de la conscience

Le Centre de la Conscience
Le Centre de la Conscience

En dessous de tous les niveaux et couches du processus interne qui affecte le Karma, se trouve le Centre de la Conscience (ou quelqu’autre nom que l’on peut choisir de lui donner). Comprendre le processus du Karma et de ses sources ne nécessite pas d’utiliser ni de croire en un terme ou un concept particulier pour ce niveau ultime que nous avons ici choisi d’appeler « Centre de Conscience ». Les principes et processus du Karma s’appliquent à chacun d’entre nous, indépendamment de notre manière de concevoir ce noyau de la conscience.

Le Centre de la Conscience a été placé sur ce diagramme afin que nous puissions voir la manière dont le processus de conditionnement se met en place.

Soyez toujours conscient de votre Centre:  Cultiver une attitude de vigilance constante du centre de votre être, ou centre de la conscience (ou âme, Soi, Atman, ou tout autre nom que vous lui donnez). Il est très utile de rester conscient de ce Centre au cours des actions que nous menons dans le monde. Cette attention peut ne pas être là en permanence, mais peut apparaître dans notre champ de conscience de temps à autre. Cela vous permet de voir la façon par laquelle le Centre est, comme son nom l’indique, le Centre à partir duquel les habitudes profondes, émotions, pensées, actions et paroles, émergent.

Centre

 

Se rappeler régulièrement ce Centre de la Conscience permet de se rappeler que « qui je suis »  est indépendant de ces habitudes ou Samskaras (même si nous en sommes responsables), un peu comme si nous devions nous voir comme l’électricité, indépendante des machines ou instruments que nous pourrions exploiter. Cette pratique est une véritable clé d’internalisation ou de rappel de l’ensemble du processus du Karma, et d’apprentissage sur le comment composer avec lui.
Cette pratique est souvent appelé Méditation en action ou de pleine conscience (mindfulness).

La réalisation du Soi et la puce électronique. On pourrait décomposer une puce électronique en trois parties.

  1. La matière avec laquelle la puce a été fabriquée
  2. Le programme et la mémoire qui opère dans la puce
  3. L’électricité qui permet à la puce de fonctionner

De même, on pourrait retrouver 3 parties en relation avec l’être humain:

  1. Matière: La matière de base (prakriti) à partir de laquelle les différentes couches de notre être sont construites ou manifestées.
  2. Manifestations: La manifestation extérieure de cette matière, comme le programme et la mémoire de la puce, incluant l’individualité, l’intelligence, l’esprit, les sens, ainsi que les blocs de construction de la terre, de l’eau, du feu, de l’air et de l’espace ainsi que des combinaisons et permutations innombrables de chacun d’eux.
  3. Conscience: La conscience pure, intacte, immortelle (purusha), qui coule au travers de l’ensemble de cette matrice d’activité, d’actions, de paroles et de pensées, tout comme l’électricité inaltérée qui coule au travers de la puce.

La réalisation du Soi est l’état de se savoir « électricité », la conscience pure qui permet à tous les niveaux de notre être d’opérer. Il n’y a pas de « je » en tant que composé de notre personnalité, programme ou mémoire, qui chercherait d’atteindre ou de gagner quelque chose de nouveau. Plutôt, c’est la Réalisation de ce coeur Soi, qui est en deçà de ces innombrables fausses identités, aussi belles et uniques puissent-elles être.

Avidya / Ignorance

processus-karma-avidyaAvidya signifie ignorance, ou sans connaissance, ou encore le fait de ne pas voir clairement. Cela ne signifie pas être stupide ni de manquer d’intelligence, mais cela se réfère aux origines de notre ignorance.

Les vagues oublient qu’elles sont océan: Imaginez un océan, un océan de conscience, sur lequel les vagues ont oublié leur nature essentielle qui est d’être l’océan lui-même. Cet oubli, cette ignorance, est ce qui permet à ces vagues de penser qu’elles sont individualisées, indépendantes de l’océan. Nous autres, humains, faisons cela aussi. Nous oublions que nous sommes une partie de l’ensemble, et nous déclarons « Je suis untel ».

L’aspect de l’Avidya qui a trait à cet oubli fondamental que nous sommes une partie de l’ensemble est une part extrêmement subtile de notre être. Par exemple, Avidya prépare le terrain pour que nous confondions douleur et plaisir, pensées impures et pensées pures, temporaire et longue durée et nos actions définissant qui nous sommes.

La porte ouverte au Karma: Cet oubli primaire, ou cette ignorance Avidya, est ce qui rend possible les chaînes du Karma, ou du cycle des causes et effets. Imaginez un instant que vous êtes un sage illuminé, et que vous n’ayez jamais perdu contact avec votre Soi éternel. Si vous étiez dans cet état, vous seriez libre, à chaque instant, même quand les circonstances se jouent de vous. Pourtant, ceux qui n’ont pas cette liberté, qui ont du Karma, sont influencés par les fondements de l’ignorance ou Avidya.  En oubliant notre véritable nature, et en nous identifiant à tort avec les objets de ce monde qui sont stockés dans notre esprit, nous sommes soumis au jeu sans fin des cycles des désirs et actions, des causes et des effets. Le processus complet du Karma commence avec l’Ignorance, ou Avidya.

vagues-et-ocean

 

 

Avidya est un don: Cette ignorance (Avidya) est en fait un don, en plus d’être un obstacle des plus subtils. Elle n’est pas entièrement mauvaise. Bien qu’effectivement Avidya nous masque notre véritable nature, elle nous permet également de fonctionner dans ce monde. Imaginez que vous n’ayez pas cette capacité à ignorer toutes les pensées traversant votre Inconscient à un instant donné. Cela pourrait être un état proche de ce que les psychologues appellent l’inondation du matériel inconscient, ou psychose. Si nous étions maître du non-attachement, alors nous pourrions être totalement ouverts, sans Avidya ou ignorance, et nous serions alors non affectés par ce flot de pensées. Cela serait un état de liberté totale vis à vis de l’esclavage du Karma, de l’esclavage des pensées, et de l’esclavage d’Avidya. Toutefois, en attendant d’avoir atteint cet état de sagesse, il est bon de comprendre comment Avidya prépare le terrain au Karma, afin que nous puissions faire le travail pratique dans nos vies quotidiennes en tant qu’aspirant spirituel.

Les 4 fontaines primitives

processus-karma-4fontainesprimitives

Toutes les créatures partagent des  pulsions communes, qui sont à la racine de toutes les autres pulsions, désirs, souhaits ou motivations qui peuvent être plus spécifiques à des créatures ou à d’autres. Bien que vous puissiez voir d’autres nuances à l’intérieur de celles-ci, on peut ainsi distinguer les 4 besoins de base fondamentaux que sont:

  • la nourriture
  • le sommeil
  • la sexualité
  • l’auto-préservation

Ces 4 besoins fondamentaux de base sont appelés les 4 fontaines primitives  car chacun des autres besoins sont issus de ces 4, les combinant et les recombinant indéfiniment, de manière parfois complexe.

Ces quatre pulsions primitives sont généralisées, alors que les expériences de vie conduisent à des besoins, habitudes ou conditionnements plus particuliers.
Ainsi, par exemple, toutes les créatures ont une pulsion envers la subsistance au travers la nourriture. Cependant, les êtres humains ont développé un attrait particulier pour certains types d’aliments, qu’ils estiment plus savoureux, plus gouteux, tels que les pommes ou le chocolat.

La porte ouverte au Karma: Tout comme pour Avidya, ces quatre pulsions primitives permettent au niveau suivant de conditionnement de se manifester.

Les impressions profondes ou Samskaras

Il existe de nombreuses couches ou niveaux de Samskaras, ces impressions résultantes des actions et désirs, enfouis dans notre inconscient.

Dans leur forme latente, ces Samskaras n’impulsent pas directement les actions, mais représentent des potentialités. Elles sont la force motrice de notre Karma. Parfois, ces Samskaras deviennent actifs, motivant et contrôlant l’esprit et les émotions, influençant ainsi nos actions et nos paroles.

Des désirs endormis: Tout comme une personne peut dormir, ces impressions latentes sont habituellement endormies. C’est seulement à leur activation qu’ils incorporent des désirs actifs.

Karmashaya: le dépôt du Karma
Karmashaya: le dépôt du Karma

 

 

 

 

 

Les émotions

Nous allons détailler ici les 3 lignes du diagramme relatives aux émotions.

Qu’est-ce qui vient en premier, les pensées ou les émotions?
C’est une question assez récurrente,  dont une bonne réponse pourrait être: « les deux! ». En comprenant la loi et le processus du Karma, il devient simple de voir pourquoi.

  • Quand les impressions profondes, ou Samskaras, sont activées, elles s’alignent avec l’émotion Primaire du Désir lui-même.
  • Le processus émotionnel conduit alors au processus de pensée qui n’est que partiellement conscient.
  • La pensée arrive au niveau conscient, et des actions et paroles peuvent en découler.

Pensées latentes > Emotions > Pensées actives : Ainsi, nous voyons que les pensées latentes imprimées (stockées à la suite d’un nombre incalculable d’expériences) conduisent à un processus émotionnel, qui conduit ensuite aux actions et aux paroles. Ce processus actif de pensées se produit au travers d’un aspect de l’esprit appelé, dans la science du Yoga, manas, et en psychologie, l’esprit sensoriel-moteur.

Etre le témoin de ses émotions, et ceci tout au long de la journée
Il est extrêmement utile de devenir un témoin de nos propres processus émotionnels, tout au long de la journée. N’est-il pas vrai que nous passons beaucoup de temps à observer les gestes, le langage corporel, et les réactions émotionnelles, des autres? Si nous pouvons si facilement voir cela chez les autres, nous pouvons également le voir en nous-mêmes.
En voyant clairement nos émotions positives et négatives (celles qui sont coupables), nous pouvons favoriser ou renforcer les émotions positives et utiles telles que l’amour, la compassion, la bienveillance et l’acceptation. Observer notre langage corporel, nos paroles, nos actions et nos réactions émotionnelles nous donne le reflet de nos impressions profondes ou Samskaras. Cela nous permet également de voir les voies prévisibles dans lesquelles les Quatre Fontaines Primitives (nourriture, sommeil, sexe et auto-préservation) agissent. Ainsi, nous n’apprenons pas seulement à réguler nos émotions dans des voies positives, mais nous apprenons également à voir les racines desquelles elles émergent.
Cette auto-observation dans la vie quotidienne est une partie majeure du Karma Yoga, qui va de pair avec le fait de mener des actions altruistes.

Pratique et non attachement
Pratique et non attachement

Emotion liée au désir / Kama

processus-karma-kama

Le désir comme entité propre: Kama est le désir lui-même (un mot différent de Karma qui se réfère aux actions qui découlent du désir), et est l’une des deux émotions primaires (avec Ahamkara). Kama est la mère de tous les autres désirs. De lui découlent à la fois le désir de satisfaire ses propres sens et le désir bénéfique d’aider les autres de manière désintéressée.

Le désir est un processus unique: Indépendamment de l’objet de notre désir, le processus du désir est toujours le même. La même volonté, le même souhait, .. est là. Recherchez des exemples dans votre vie personnelle, pour vous rendre compte que tous vos désirs partagent la même pulsion fondamentale du Désir, pulsion qui est ensuite associée à des objets particuliers.

Que vous désiriez votre plat favori, le confort de votre vie de famille, la réussite au travail, plus d’argent ou une nouvelle voiture, le désir en tant que tel est le même. Avec un peu d’auto-observation, il devient facile de voir comment le désir initial s’allie lui-même avec un objet particulier. Ce n’est pas une mauvaise chose, et il ne s’agit pas de prétendre qu’il faille abandonner tout désir en ce monde. Plutôt, cela suggère de devenir attentif au processus inconscient du Karma, de  manière à ne pas être esclave de l’intensité de ces désirs.

Kama est le désir originel, et de cette force d’impulsion surviennent tous les autres désirs spécifiques. C’est cette force originelle Kama qui motive une personne à faire des choses en particulier. Kama est le désir aveugle qui n’a encore été associé à aucun objet ni aucune pensée. Il est dans la nature même de Kama de n’avoir aucun jugement, aucun sens de la discrimination, ni de compréhension particulière sur quoi que ce soit. Puis Kama s’associe avec les impressions profondes (Samskaras), et c’est cette combinaison qui va motiver une personne à faire quelque chose, uniquement pour satisfaire ce désir, simplement parce qu’il existe.

Tous ces désirs nous poussent à l’extérieur, dans les domaines de l’esprit et du monde physique, afin de chercher à satisfaire ces désirs, que ce soit dans l’état de rêve ou d’éveil. L’accomplissement de ces désirs est le Karma, stimulé par Kama.

Il y a pourtant un désir qui se tient seul, différent des autres. Il s’agit du désir de la Vérité, de la Réalité, du Soi ou de Dieu, et seul ce désir attire notre attention vers l’intérieur, surpassant tous les autres désirs, conditionnements des Samskaras, du Karma et des 4 fontaines primitives.

L’association du désir et des objets est la clé: en observant la voie par laquelle le processus uniforme du Désir s’associe avec de nombreux objets, nous en venons à voir le besoin universel d’acquérir une certaine maîtrise sur ce processus du Désir. Si nous y parvenons, même à un faible degré, nous pouvons commencer à réguler nos actes et nos paroles, ce qui va en altérer les conséquences (Karma) de manière positive. Cela va également agir sur les impressions profondes (Samskaras) dans les méandres de notre esprit.

Changer votre dialogue intérieur en remplaçant le « Je veux » par « Il veut »

Quand les désirs ou aversions se manifestent dans le lac de notre esprit, nous pouvons dire ou penser des mots tels que « Je veux ceci ou cela », ou encore « Je ne veux pas ceci ou cela ».

Pourtant, ce n’est pas « Je » qui veut ceci ou cela.
C’est « Il » qui veut ceci ou cela.

C’est le modèle individuel de pensée lui-même, l’impression profonde ou habitude inscrite dans le champ de l’esprit qui manifeste le désir de satisfaire son attraction ou son aversion.

chitta

 

Le Yoga explique que l’une des raisons pour ne pas expérimenter l’état de « réalisation du Soi » est que la conscience pure s’identifie elle-même avec les modèles de pensée (Vrittis) du champ de l’esprit.

Le problème est que « Je » s’identifie avec tous les Vrittis (modèles de pensées), et que chacun d’eux est un « il » qui n’est pas vraiment qui « Je » suis.

Reconnaître le Vritti (et non pas « Je ») comme une attraction, aversion ou peur colorée est une étape cruciale sur le chemin de la Réalisation. L’une des voies les plus directes et les plus simples pour commencer à corriger cette méprise est:

d’arrêter de dire « Je veux »
de commencer à dire « Il veut » 

Nous sommes définitivement responsables de ces pensées individuelles, et de leurs conséquences au travers de nos actes et de nos paroles, mais ces pensées ne sont pas « qui je suis ». Au fur et à mesure que nous progressons dans notre pratique de la méditation, les couleurs de nos attractions et de nos aversions s’estompent, permettant au véritable « Je » de briller plus clairement.

Désirs insatisfaits et désirs satisfaits

processus-karma-desirsDans la section précédente, nous avons vu comment le désir peut être vu comme sa propre force impulsive. C’est une coloration, pour ainsi dire, qui s’associe ensuite avec des impressions latentes (Samskaras) dans le lit du Lac de l’esprit. Il y a UNE essence du désir, et une multitude d’objets auxquels elle peut s’associer. Ainsi, il peut y avoir d’innombrables possibilités d' »objets désirés », tandis qu’il ne persiste qu’une seule coloration du désir lui-même.

Le désir peut  fonctionner d’une ou deux manières: une fois qu’un désir particulier apparaît (ou une aversion, qui est une autre forme du désir), il n’y a que deux possibilités:

  1. Vous obtenez ce que vous désirez
  2. Vous n’obtenez pas ce que vous désirez

Quand le désir est satisfait
Si le désir d’une personne (kama) est satisfait, apparaît alors l’émotion de fierté, ou muda, associée au fait que nous obtenons ce que d’autres n’ont pas. Puis vient l’attachement, moha, parfois la possession « Ceci est à moi! ». Quand on est attaché à quelque chose, on peut devenir gourmand, lobha, et on peut alors ne jamais en avoir assez.

Beaucoup d’autres mots permettent de décrire les subtilités de l’attraction émotionnelle quand les désirs sont satisfaits. Cependant ces subtilités impliquent toutes une « attirance vers »  semblable à ce qui vient avec la fierté ou la cupidité.

Quand le désir n’est pas satisfait
Si le désir n’est pas satisfait, alors apparaît l’émotion de la frustration ou de la colère, appelée krodha. La colère est le résultat de désirs inassouvis que nous n’avons pas appris à pacifier ou à comprendre. Cela signifie qu’il y a un désir qui a besoin d’être compris ou résolu. La jalousie, matsarya, survient quand on ne peut avoir ce que l’on désire, alors que d’autres l’ont.

Là aussi, beaucoup d’autres mots pourraient décrire les subtilités des résistances émotionnelles qui surviennent quand les désirs ne sont pas satisfaits. Mais elles impliquent toutes  une « opposition », une « résistance » similaire à la colère.

Quatre méditations sur les émotions positives
Le Yoga suggère la méditation sur les 4 émotions positives que sont l’amour, la compassion, la bienveillance et l’acceptation, comme moyen pour stabiliser et clarifier l’esprit. La méditation sur ces émotions positives est faîte à la fois en étant pleinement conscient de celles-ci durant la journée, et aussi, en les pratiquant consciemment et intentionnellement  durant le temps de méditation régulière. La méditation sur ces attitudes apporte une forte libération vis à vis des relations difficiles que nous pouvons avoir dans nos vies personnelles, et avec nos semblables en général. Ressentir en soi toujours plus d’amour, de compassion, de bienveillance et d’acceptation est une expérience magnifique.

Préparation aux méditations avancées
Dans un processus visant à nous libérer du Karma et à nous mener à l’illumination, ces méditations sur les attitudes et émotions sont des préliminaires essentiels, qui préparent le terrain pour des méditations plus avancées. Dans ces méditations futures, l’aspirant recherche les racines, qui sont situées au-delà ou plus profond que les émotions, aussi belles et séduisantes que celles-ci pourraient être. Le chercheur de l’illumination est à la recherche de tous les niveaux de liberté, de sorte qu’il puisse expérimenter la Béatitude et la Vérité situées au-delà.

Emotion du Ahamkara / Ego

processus-karma-egoQue le désir soit satisfait ou non, l’Ego peut se renforcer.

Si les désirs sont satisfaits, l’Ego augmente à cause de la fierté et des autres émotions associées à la réalisation d’objectifs personnels. L’Ego va également vouloir s’identifier aux objets de ces désirs.

Si les désirs ne sont pas satisfaits, l’Ego peut augmenter en raison de la frustration et des autres émotions associées avec le fait de ne pas atteindre ses buts. L’Ego cherche à défendre sa position, et donc augmente.

Ego et désir sont deux émotions primaires
L’égoïsme, ou ahamkara, est l’une des deux émotions primaires (avec le désir originel, kama). Portez bien attention à comment il fonctionne.

Les deux significations du mot Ego
Il est très important de comprendre que le mot Ego est utilisé de deux manières différentes: l’une en psychologie, et l’autre, dans le Yoga. Les deux sont tout à fait valides, et le terme peut être utilisé de manière appropriée des deux manières. Toutefois, il est nécessaire de connaître ces deux concepts pour qu’il soit aisé de différentier de quelle manière le terme est utilisé dans une phrase.

« L’ego se réfère-t-il à la décoration ou à la maison? »

Imaginez deux maisons qui sont strictement identiques, mis à part les peintures et la décoration.
Si nous aimons la couleur de la peinture ainsi que les décorations, nous dirons que la maison est jolie.
Si nous n’aimons pas ces éléments décoratifs, alors nous dirons que la maison est laide.

houses

Pourtant, ces deux maisons sont identiques, au-delà de la surface apparente des peintures et des décorations.

  • La peinture et les décorations: dans notre langage commun et en psychologie moderne, le mot Ego se réfère généralement à la structure de notre personnalité. Ainsi, dans notre métaphore sur la maison, l’Ego en psychologie se réfère à la peinture et aux décorations, avec peu de regard sur l’existence de la maison elle-même.
  • La maison sous-jacente: dans le Yoga, le mot Ahamkara signifie « Moi le constructeur » et se réfère à la puissante onde de l’existence individuelle qui déclare « Je suis! ». Quand le terme Ahamkara a été traduit en anglais, c’est le terme Ego qui a été utilisé. Ainsi, dans notre métaphore avec la maison, l’Ego du Yoga se réfère à la maison elle-même, et non pas aux peintures et à la décoration qui sont considérées comme de fausses identifications.

Ces principes importants ne sont pas uniquement d’un ordre sémantique. Quand la plupart d’entre nous entendons le mot Ego, utilisé pour représenter le mot Ahamkara, nous projetons alors la mauvaise signification sur ce terme. Si nous n’avons entendu jusqu’à présent que le mot Ego, et n’avons jamais entendu le mot Ahamkara, alors nous sommes induits en erreur.

Dans le Yoga, la peinture et les décorations sont comme les impressions ou mémoires stockées dans Chitta.
Ahamkara se trompe, en s’identifiant lui-même avec ces impressions dans Chitta.

L’identification entre Ahamkara et les mémoires de Chitta est la racine du problème, permettant l’émergence d’une personnalité individuelle apparente.

L’Ego donne une individualité et une séparation: à cause de Ahamkara, nous sommes des individus, mais nous sommes aussi séparés du Tout. Ce « je » se réfère à nous comme étant séparés des autres, et devient le centre de nos vies.

Les quatre fonctions de l’esprit
Pour comprendre l’origine de Ahamkara (le « Je »), il est primordial de comprendre au préalable ce que sont les 4 fonctions de l’Esprit. Nous sommes comme une roue, qui aurait besoin à la fois de rayons et d’un axe pour pouvoir tourner. L’axe est le Centre de la Conscience, et les 4 rayons sont les 4 fonctions de l’Esprit, dont l’un d’entre eux est Ahamkara.

fourfunctions

Ces 4 fonctions de l’Esprit sont:

  • Ahamkara, l’ego ou le « Je »
  • Manas, l’esprit moteur sensoriel qui dirige les 10 sens ou indriyas
  • Buddhi, qui connaît, décide, juge et discrimine
  • Chitta, l’entrepôt de tous, ainsi que des innombrables impressions profondes

L’émotion, plus forte que l’intelligence
L’intelligence n’a pas de pouvoir sur la puissance émotionnelle, Bhava. Mais l’intelligence peut, si elle est bien gérée, canaliser la puissance émotionnelle de manière à ce que l’on puisse l’utiliser de manière positive. Apprendre à utiliser Bhava correctement est essentiel pour vivre et travailler avec succès avec le Karma. Si l’on parvient à utiliser cette puissance émotionnelle, le plus haut état d’extase peut être atteint en l’espace d’une seconde.

La béatitude spirituelle n’est pas une émotion: il est important de noter que les émotions dites égotiques sont à un niveau de conscience différent de celui de la béatitude, ou ananda, qui est bien plus profond dans notre être. Cet état de béatitude spirituelle n’est pas une « émotion », mais un état .

Les pensées

processus-karma-pensees

Les actions découlent de nos pensées: Aucune action (Karma) ne peut être accomplie sans que nous y ayons pensé au préalable, ou que nous n’ayons souhaité que cela arrive à un certain niveau de notre esprit.

Nos habitudes définissent notre personnalité: Nos personnalités sont façonnées par nos habitudes (Samskaras et Karma), et nos habitudes (comportements automatiques) sont le résultat de nos actions répétitives. Si nous nous observons avec attention, nous réalisons que nos habitudes définissent notre personnalité. Dans un certain sens, nous devenons notre Karma, alors que dans le même temps, notre véritable Soi réside là, sous la surface, tout le long.

Les émotions contrôlent nos pensées, qui contrôlent nos actions: La motivation réelle de nos actions (Karma) provient de nos pensées. Chacune de nos actions est contrôlée par nos pensées, et chacune de nos pensées est contrôlée par nos émotions. En comparaison avec nos émotions, les pensées n’ont que peu de pouvoir.

Actions et paroles

processus-karma-actions

Les fonctions de l’esprit au travers des 10 sens: Les actions et les paroles impliquent l’usage des 5 sens actifs (karmendriyas) : l’élimination, la reproduction, le mouvement, la saisie et la parole, et les 5 sens cognitifs (jnanendriyas): sentir, goûter, voir, toucher et entendre. Les fonctions de l’esprit passent au travers de ces 10 sens (indriyas), chacun d’eux fonctionnant de manière séquentielle au travers des 5 premiers chakras.

Le conscient est contrôlé par l’inconscient: Chaque fois qu’un évènement se produit en relation avec une impression dans le lit profond de l’esprit, alors une impression profonde ou Samskara devient active et commence alors le processus de manifestation du Karma. L’esprit conscient est alors sous le contrôle de l’inconscient, et c’est pour cette raison que nous pouvons avoir des difficultés à faire des progrès dans notre croissance et notre vie spirituelle.

Les conséquences de nos actes contrôlent nos vies: Chacune de nos actions induisent des réponses qui laissent une impression dans notre inconscient. Ces impressions deviennent nos Samskaras qui vont ensuite contrôler nos vies. Ainsi, un processus cyclique se met en place, jour après jour, vie après vie, et ce processus est connu sous le nom de Karma.

fonctions-de-lesprit

 

L’éducation de nos actions et de nos sens est la partie la plus importante pour arriver à briser le cycle du Karma. Un article à part entière est dédié à ce processus (que je n’ai pas encore traduit). Vous pouvez trouver l’original ici: http://www.swamij.com/indriyas.htm

les10sens-indriyas

L’éducation de nos paroles par des mantras ou des affirmations: Il est bien connu que le bavardage intérieur (le fait de se parler à soi-même) a un effet sur notre esprit. Un bavardage intérieur négatif va créer des impressions négatives à la base de notre esprit (le niveau des Samskaras), qui, en retour, en repassant au travers des différents niveaux décrits dans cet article, vont une fois de plus se manifester par des actions et des paroles, et vont créer plus de karma.
L’un des meilleurs outils pour traiter avec ce bavardage intérieur négatif est le mantra. Par la répétition continue d’un mantra, le cycle peut être affaibli, sinon cassé (ce qui ne signifie pas la suppression ou la répression des pensées et des émotions qui ont encore besoin d’être examinées). On peut utiliser pour cela l’incantation d’une simple syllabe, un mantra plus long, une prière ou une simple affirmation. Quel que soit le mantra utilisé, il devient un compagnon de route, se répétant de lui-même, comme une chanson qui devient une habitude mentale, des centaines de fois par jour. Cette pratique extrêmement utile ne peut s’apprécier véritablement qu’en l’expérimentant sur une certaine période.

revenir-au-centre

Actions/Paroles et Samskaras

processus-karma-action-samskara

Nos actions et nos paroles nous apportent des expériences et ont des conséquences sur le monde. Celles-ci, en retour, entraînent la création d’autres impressions profondes (Samskaras) à la base de notre esprit. Plus tard, ces impressions profondes s’activeront pour créer encore de nouvelles expériences.

L’objectif de la méditation et de la contemplation est de connaître le Centre Pur de la Conscience. Pour cela, nous avons besoin de réguler nos actions et paroles, et de réduire les Impressions Profondes ou Samskaras. Ce processus permettra éventuellement à la lumière de notre Véritable Soi de briller au travers nous.

Deux des clés majeures dans ce processus est de prendre de bonnes décisions dans notre vie quotidienne et nos activités spirituelles, et de mettre celles-ci en pratique. Ensemble, ces clés sont comme les pieds droit et gauche avançant sur le chemin de la Réalisation du Soi.

meditation-bouddhiste

Cet article est une traduction issue de la page http://www.swamij.com/index-yoga-meditation-karma.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>