ChandraSwami

Les principaux obstacles dans la pratique de la contemplation

Tout aspirant spirituel, ou Sâdhaka, est confronté à plusieurs obstacles lors de ses méditations, susceptibles de l’empêcher d’atteindre un niveau d’absorption tel qu’il en oublie totalement le monde extérieur et qu’il puisse vivre de véritables expériences spirituelles. Des obstacles qu’il doit être en mesure de traverser s’il souhaite avancer sur la voie de la Réalisation du Soi.
Chandra Swami nous explique ces principaux obstacles.

in_meditation____by_knotty82

Le premier de ces obstacles est le vagabondage du mental, une maladie commune du mental qui ne cesse de courir d’une idée à une autre idée, d’un lieu à un autre lieu, d’un objet à un autre objet, ne trouvant repos nulle part. Beaucoup de pratique, d’effort sincère, régulier, prolongé est nécessaire afin d’arriver à reprendre le contrôle de cet outil, et de ne plus être sous son pouvoir. Le fait d’avoir une vie réglée, modérée, de ne pas s’investir dans milles actions au quotidien, de travailler le détachement et d’autres qualités morales sont indispensables pour y parvenir.

Le deuxième obstacle est le sommeil. Le mental ordinaire ne connaît guère plus que deux états: la veille où le mental pense sans arrêt, et l’inconscience du sommeil. Aussi, dès que nous le détournons du premier état, en parvenant à limiter voire stopper les pensées, nous sommes automatiquement confrontés au second obstacle, celui de la torpeur du sommeil. L’entrave du sommeil dans la contemplation est plus difficile à surmonter que celle du vagabondage. Cette entrave est facilitée par l’absorption de repas copieux, un manque de sommeil, une fatigue cérébrale suite à un travail intensif, une maladie corporelle, etc… On écartera cet obstacle avec une nourriture appropriée, des exercices respiratoires, et beaucoup de persévérance. Dès que l’on ressent la torpeur du sommeil, le mieux est de se lever, de marcher un peu, de se passer de l’eau froide sur le visage, avant de revenir en méditation.

Le troisième des principaux obstacles est aussi le moins connu, et peut-être le plus difficile à dépasser. Grand nombre de pratiquants et aspirants spirituels s’arrêtent malheureusement à ce niveau, souvent par manque de connaissance, d’où l’importance d’en parler ici. Il s’agit de la tentation des plans subtils.

plan-astral
Quand la barrière du mental physique est franchie par le retrait de la conscience hors des objets extérieurs et grossiers, et quand le sâdhaka acquiert aussi la faculté d’éviter la chute dans la torpeur, il lui arrive le plus souvent d’entrer en contact avec les mondes de l’astral et du psychique par le plan physico-subtil. Ce contact l’amène à avoir une multitude d’expériences de ces mondes. Aucune de ces perceptions n’est constante. Certaines d’entre elles sont tellement attrayantes que le sâdhaka s’illusionne et, devenu content de lui-même, se préoccupe avec délectation de ces sensations pour les fugitifs frissons qu’elles procurent. En plus de ces visions fugaces, des pouvoirs extraordinaires (vibhûtis) tels que la clairvoyance font irruption dans le mental du pratiquant, en provenance des plans psychiques supérieurs. Mais ces pouvoirs ne sont pas des possessions permanentes, et ils sont la porte ouverte aux manipulations et tromperies venues de ces plans. Tous constituent de graves distractions susceptibles de changer la contemplation véritable en son simulacre, détournant le chercheur du chemin de la Réalisation du Soi.
Seuls ceux qui sont très, très sincères et pleins de discernement sont susceptibles d’échapper aux entraves de ces tentations faute de quoi il incombe au guide spirituel (pour ceux qui ont la chance d’en avoir un) d’aider le sâdhaka à dépasser cette étape critique de la Sâdhana où beaucoup s’arrêtent, à laquelle beaucoup succombent et que seul un petit nombre parvient à passer.
Pour les sâdhakas d’une dévotion éprouvée, qui accomplissent leur Sâdhana dans un esprit de total abandon au Seigneur, qui le considèrent comme leur refuge et leur abri, c’est le Seigneur lui-même qui écarte ces obstacles chaque fois qu’ils surgissent.
Passer outre cet obstacle, c’est s’envoler à la conquête de son propre pouvoir, loin de toutes influences et manipulations extérieures.

 

Cet article est largement inspiré d’un extrait du livre « L’art de la réalisation », de Chandra Swami.

art-de-la-realisation

 

Chandra Swami est un guide spirituel indien, toujours en vie au moment où cet article a été écrit. Swamiji accueille et accepte tout le monde avec le même amour inconditionnel, et guide chacun sur le difficile chemin de l’épanouissement spirituel.

Ashram de Chandra Swami: http://www.sadhanakendra.org/fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>