chutelibre

Rêve lucide, vitesse, et visions

Depuis quelques semaines, je constate un changement notable dans ma pratique du rêve lucide: il me devient de plus en plus facile d’y entrer en conscience. Jusqu’à présent, j’utilisais 2 principales techniques afin de parvenir à projeter ma conscience hors de moi: les aspirations spontanées, et les visions que j’utilisais comme des fenêtres vers un autre monde. Mais ces deux techniques ont le défaut d’être hors de contrôle: ne pouvant les provoquer par la volonté, on est tributaire de leur apparition. Pas de vision, pas d’aspiration, et donc pas de projection de conscience possible.

Cela fait maintenant bientôt 4 années que je pratique très régulièrement l’état de transe méditative, ce qui a eu probablement pour effet, de reconfigurer mon cerveau au niveau du cortex préfontal, tel un muscle que l’on fait travailler régulièrement et qui devient de plus en plus performant. Ma capacité de concentration s’est nettement accrue, ainsi que ma capacité à faire le vide de toutes pensées, prérequis incontournables à ce genre de pratique.

Depuis quelques semaines donc, il semble que je parvienne à détecter, dans mes méditations, le moment propice où la projection de conscience devient possible par la volonté, ceci en l’absence de visions, ou d’aspirations. J’utilise pour cela la sensation de vitesse. J’ai remarqué depuis un certain temps qu’en état de rêve lucide, le fait de prendre de la vitesse permet de changer d’espace d’expérimentation, autrement dit, de passer d’un rêve à un autre. Pour cela j’utilise ce qui est le plus ancré en nous, de par notre incarnation dans la matière: la gravité. Il peut sembler absurde d’utiliser la gravité alors que justement, en rêve lucide, nous sommes hors de la matière, mais cela fonctionne à merveille. J’ai ainsi pris goût au fait de me jeter par la fenêtre d’un immeuble, ou d’une falaise, ou descendre une piste en ski, ou tout autre chose qui nous inspire la prise de vitesse.

Ainsi, depuis un état de méditation profonde, quand j’arrive à percevoir que le moment est opportun, je m’imagine en chute libre dans le vide; je ressens cette euphorie de la vitesse qui probablement inspire à mon âme son état d’origine. Je provoque ainsi le phénomène d’aspiration plutôt que de l’attendre. Et je me retrouve alors projetée dans le Néant, dans l’entre-deux rêves, où les expériences peuvent alors se produire.

La durée de mes projections a également nettement évolué. Pendant les trois premières années, mes projections ne duraient que quelques secondes (en temps ressenti), alors que maintenant, je deviens capable d’enchaîner plusieurs rêves, tout en restant consciente lors des transitions. Cela peut durer entre 10 et 20 minutes (toujours en temps ressenti), et très souvent, je mets volontairement un terme à l’expérience, en souhaitant réintégrer mon corps, car cet enchaînement d’explorations de mondes reste assez déroutant pour la conscience humaine, et il me semble plus raisonnable d’y aller doucement.

Je n’ai jamais eu beaucoup de visions dans mes méditations. Au mieux quelques images furtives et sans sens apparent. J’ai longtemps pensé que c’était là un signe d’un manque d’ouverture aux mondes subtiles, car dans le milieu de la spiritualité moderne occidentale, les quêtes de vision occupent une place importante. Mon regard a beaucoup changé sur ce point également. De par mon expérience personnelle, mais aussi de par ce qu’en disent les yogis dont je me rapproche de plus en plus.

Pour bien comprendre, il est important de savoir ce que sont les visions. L’image qui m’est venue un jour où je méditais sur la question, est celle d’une montagne. Admettons que l’on souhaite accéder au sommet de la montagne, qui représente en quelque sorte le but d’évolution de notre âme. Pour savoir ce qui se cache en haut de cette montagne, il y a deux façons de procéder, totalement différentes.

montagne

Certains vont saisir les jumelles tendues par des énergies soit-disant amies. Ces jumelles vont alors nous permettre d’avoir un aperçu de ce qui se passe en haut, mais juste un aperçu. Ces jumelles ne nous montrent que ce qu’elles veulent bien nous montrer, et dans tous les cas, nous privent de l’expérience directe. Mais ces jumelles sont tentantes car elles nous évitent tout effort, et le résultat est immédiat.

L’autre manière de procéder, vous l’aurez compris, est de monter soi-même en haut de la montagne. Pour cela, il s’avère nécessaire de s’alléger en cours de route, s’alléger de ses attachements, de ses conditionnements, de ses peurs, de ses désirs, de ses croyances. C’est un chemin qui semble long, incertain, laborieux, mais c’est l’unique chemin vers la libération de son âme. C’est le chemin de la « maîtrise de soi », celui que choisissent les yogis depuis toujours.

Avoir des visions n’est pas un signe de « puissance », malgré ce que l’on nous fait souvent croire. Cela permet à certains de disposer d’un certain pouvoir sur autrui, en tant que détenteur de connaissances qui leur est personnelle. Mais cela nous rend influençable aux énergies de l’astral qui les utilisent pour nous manipuler, mélangeant subtilement vérités et mensonges, et surtout, nous faisant croire que nous sommes très bien là où nous sommes, au pied de la montagne, et qu’il n’y a nul besoin de monter là-haut.

Faire des projections de conscience, que ce soit dans l’astral ou au-delà, permet d’appréhender un peu mieux comment ces mondes fonctionnent: un mélange de nos propres désirs, de nos attentes, de nos blessures, et de celles des autres. Ces mondes sont peuplées de nombreuses énergies avec lesquelles il est très difficile de communiquer. Un être à l’apparence angélique peut se transformer en cours de discussion en une énergie chaotique, aux propos emmêlés, lorsque le voile tombe. Mais s’en rendre compte est rendu possible par une interaction directe. C’est là toute la limite des visions et donc des jumelles, qui ne permettent pas de savoir véritablement à qui l’on a affaire. On capte une chaîne sans savoir d’où elle provient. On communique avec des guides qui nous disent être « Jésus », ou « archange », ou « dragon », mais que savons nous véritablement d’eux? Leurs conseils nous permettent-ils vraiment de faire de nous des êtres meilleurs, d’aider les autres, d’évoluer?

Je n’ai désormais quasiment plus d’images, ou de visions lors de mes méditations, et j’en suis très heureuse. Les yogis parlent du « retrait des sens », qui doit s’appliquer non seulement aux sens physiques, mais aussi aux sens subtils. Les visions correspondent au sens subtil de la vision. Ne plus y être soumis signifie que l’on peut aller au-delà, au-delà de l’illusion de ce monde, mais aussi au-delà de l’illusion des mondes de l’astral, et nous rendre ainsi capable d’atteindre l’entre-deux rêves, et même l’univers causal, siège de notre subconscient.

Le fait de ne pas avoir de visions serait donc plutôt une bonne chose, car nous pouvons ainsi aller plus profondément lors de nos méditations. Ne cherchez pas des guides, des aides, mais cherchez plutôt directement votre véritable Moi, votre véritable puissance. Sachez aussi que le meilleur des guides est un guide discret, qui veille sur vous de loin, avec amour, vous laisse faire vos propres expériences, et n’intervient que quand cela devient véritablement indispensable. Il est cette intuition au fond de votre coeur, et certainement pas cette voix claire qui vous dit ce que vous devez faire ou ne pas faire. S’attacher à ses visions, c’est faire confiance à un univers empli d’illusions, d’images changeantes, irréelles, plein de désirs inassouvis, de peurs à surmonter. Pour quelques vérités durement acquises, combien de mensonges à déjouer…

Woman meditating in side balance yoga position on the top of a m

En trouvant qui vous êtes, vous deviendrez capable de savoir directement ce qui est bon ou non pour vous et pour les autres. Vous verrez que tout ce dont vous avez besoin est à l’intérieur de vous. Mais pour cela, pas de pilule magique, pas de diplôme acquis en un week-end contre rémunération. Seules la volonté, la détermination, et une pratique régulière peuvent vous permettre d’y accéder. Et cela, personne ne pourra le faire à votre place :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>