mere-cosmique

Extrait de Savitri, sur la difficulté de l’incarnation

 

Lors de mes lectures du monument que représente le poème épique de Savitri, composé de quelques 23000 vers, je tombe fréquemment sur des passages qui me font vibrer, tellement ils résonnent en moi.

Je ne peux évidemment pas tous les reproduire, mais je peux tout de même en partager certains qui, je pense, parleront au plus grand nombre. Voici un passage où Mère Divine s’entretient directement avec le Roi Ashwapati, au sujet de l’incarnation, de ses pièges et de ses difficultés. Des paroles qui mettent en lumière combien la place de l’homme est complexe et périlleuse, de quoi nous rendre plus patients et compréhensifs envers nous mêmes, quand nous nous sentons en situation d’échec par exemple.

« Assailli sur la terre et incertain des cieux,
Descendu ici-bas, malheureux et sublime,
L’homme est un chaînon entre le demi-dieu et la bête,
Il ne connaît pas sa propre grandeur, il ne connaît pas son but;
Il a oublié pourquoi il est venu et d’où;
Son esprit et son corps sont en guerre;
Ses hauteurs s’arrêtent trop bas pour toucher le ciel,
Sa masse est ensevelie dans la bourbe animale.
Une étrange antinomie gouverne sa nature.
Une énigme de pôles contraires lui est donnée pour champ:
Il demande la liberté mais il a besoin de vivre dans les chaînes,
Il a besoin de l’obscurité pour percevoir quelque lumière
Et besoin du chagrin pour sentir un petit bonheur;
Il a besoin de la mort pour trouver une vie plus large.
Il voit tous les partis et se tourne à chaque appel;
Il n’a pas de sûre lumière pour marcher;
Sa vie est une bourrasque aveugle, un jeu de cache-cache;
Il se cherche lui-même et se fuit lui-même;
Quand il se rencontre lui-même, il pense que c’est un autre que lui.
Toujours il bâtit, mais ne trouve nulle base durable,
Toujours il voyage, mais il n’arrive nulle part;
Il voudrait conduire le monde, il ne sait pas se conduire lui-même;
Il voudrait sauver son âme, il ne peut pas sauver sa vie.
La lumière que son âme apportait, son mental l’a perdue;
Tout ce qu’il avait appris retombe bientôt dans le doute;
L’ombre de ses pensées lui semble un soleil,
Puis tout est ombre encore, et rien n’est vrai:
Inconscient de ce qu’il fait ou de ce vers quoi il tend
ll fabrique des signes du Réel dans l’Ignorance.
Il a accroché son erreur mortelle à l’étoile de la Vérité.
La sagesse le séduit sous ses masques lumineux
Mais il n’a jamais vu le visage derrière:
Une gigantesque Ignorance enveloppe son savoir.
Venu pour affronter le mystère cosmique
Parmi les apparences muettes d’un monde matériel,
Son passeport d’entrée est faux, et faux son personnage,
Il est contraint d’être ce qu’il n’est pas;
Il obéit à l’Inconscience qu’il était venu pour gouverner
Et s’enfonce dans la Matière pour accomplir son âme.
Eveillé parmi les espèces qui ont poussé d’en bas
La Mère-Terre lui a mis ses forces dans les mains
Et péniblement il enferme ce lourd trésor;
Son mental est un porte -flambeau égaré sur les routes de la Mère.
Elle éclaire son souffle pour qu’il pense, ses cellules pour qu’il sente,
Et il peine avec son lent cerveau sceptique
Appuyé par les feux vacillants de la raison
Pour faire de sa pensée et de sa volonté une porte magique
Par où la connaissance puisse entrer dans les ténèbres du monde
Et l’amour régner sur un royaume de luttes et de haine. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>